logo kanji

L'Aïkido à Hérouville

合 氣 道

  1. GENERALITE
  2. Le passage de grade est un instantané dans une progression personnelle. Le passage de grade n’est pas un objectif ni une finalité mais un point de repère ou une image à un moment donné. L’examen une évaluation des capacités par des comportements observables. Le passage de grade consiste donc à juger objectivement une performance et donner les raisons du jugement par des critères observables. L’examinateur devra donc déterminer ce qui est commun à des pratiques différents à l’aide des comportements observables. Ceci doit nous amener à une ouverture au niveau mentale et donner une cohérence entre la pratique, l’enseignement et le passage de grade.

    Le passage de grade doit être un objectif commun entre l’élève et l’enseignant. L’enseignant doit fixer une image claire du passage de grade et guider l’élève dans son entrainement physique et morale. Durant l’entrainement, il devra veiller à ce que l’élève ne doute pas de lui sur sa technique et sa valeur.
    L’UFA est en charge d’organiser les passages de grade DAN et de protéger juridiquement le grade DAN. L’évolution de la pratique est réservé aux fédérations (FFAAA – FFAB)

  3. LES CRITERES D’EVALUATION
  4. Les critères ont été établis afin d’enlever toutes valeurs subjectives lors de l’évaluation. Il existe différentes pratiques d’AIKIDO qui sont toutes valables. A l’intérieure de toutes techniques il y a des invariants. Les critères sont des outils qui permettent de déceler ces invariants et d’analyser la pratique d’AIKIDO. Les critères permettent d’analyser en fractionnant la technique pour vérifier les points clefs de la technique.
    3 critères ont été définis :

    • ⇒Connaissances formelle des techniques. (Le vocabulaire) :
    • connaitre l’enveloppe globale des technique qui les distinguent entre elles

    • ⇒ Construction des techniques :
    • respecter le schéma fondamental de la construction des techniques (la grammaire)

      • Placement,
      • c’est la première phase de la construction, elle est le prélude à la création et à la conduite du déséquilibre. San un bon placement il n’est pas possible d’engager la suite du processus. Nous allons retrouver des notions telle que irmi, tenkan, henka, mai-AÏ. La notion d’irimi, d’entrée dans la sphère de UKE nous permet de prendre le centre de l’action et de mettre UKE en périphérie. Il est nécessaire de rapprocher l’axe de l’action sur son propre axe afin de pouvoir engager la deuxième phase de la construction. TORI doit se déplacer vers UKE en sortant de la ligne les deux pieds et non tirer UKE . Lors du placement nous devons avoir une distance qui doit nous permettre de pouvoir toucher UKE et donc de pouvoir le contrôler. Si à cela nous ajoutons une bonne attitude nous aurons deux des paramètres pour une bonne vision pour autant que notre attention ne se porte pas sur un point précis de UKE mais sur l’ensemble de la personne. Ceci est les prémisses à la deuxième phase le déséquilibre.

      • Déséquilibre ou déstabilisation :
      • création et maintien du déséquilibre ou de la déstabilisation en travaillant sur la verticalité de UKE, les ou une hanche et donc le point d’appui de UKE. Les moyens pour créer un déséquilibre sont multiples. Nous pouvons ouvrir l’aisselle afin de modifier l’axe verticale de UKE, de mobiliser la ou les hanches et donc de toucher le point d’appui. Nous pouvons également utiliser l’atemi. L’atemi présente différentes caractéristique : il est persuasif ; il est fondé sur le principe de l’action réaction et enfin il est une partie intégrante de la technique. L’utilisation de l’atemi permet de fixer l’attention de UKE et ainsi distraire pendant un court moment de UKE et ainsi pouvoir créer un déséquilibre par un déplacement , en mettant en extension UKE, etc..

      • Engagement final (projection, immobilisations, irimi final)
      • Lorsque nous sommes sur le point d’inflexion du déséquilibre, l’engagement final a pour objectif d’utiliser se point de rupture pour projeter ou immobiliser. La projection ou l’immobilisation n’est pas une fin en soi, elle est la conséquence de tout un processus. L’utilisation de son propre poids qui associé à un déplacement adéquat permettra d’effectuer une projection ou une immobilisation .La direction de la projection peut être multiple. Néanmoins il est important de prendre une direction ou UKE n’a pas de point d’appui ou d’assise. Nous pouvons appeler cette zone « la zone de vide ». Nous ne devons pas prendre une direction qui aura pour effet de redonner une stabilité à UKE. TORI doit prendre conscience du rôle moteur des hanches tout au long de la technique, relâcher le haut et être centré.

    • ⇒le principe d’intégrité ( le sens de la phrase) :
    • Centrage, unité du corps, respect des axes naturels du corps, convergence des lignes de force dans le sens de l’action, intégrité des deux partenaires, refus d’agressivité, fluidité, écoute, distance, disponibilité, vigilance, concentration, sérénité, respect de l’autre, respect de l’étiquette, attitude créative.

      • Attitude :
      • les épaules ne doivent pas se fermer, la tête doit rester droite, il faut avoir une attitude neutre vis-à-vis du jury des candidats et de sa prestation, ne pas faire de geste de mécontentement, baisser les hanches, être sur ses appuis. Avoir le dos droit, rester concentrer, être volontaire, avoir confiance en soit, avoir une condition physique

      • Contrôle :
      • d’une façon générale il faut avoir le contrôle de IKE tout le long de la technique. Dans une technique il y a des points clefs de contrôle. Pour avoir un bon contrôle il faut que la distance TORI/UKE soit bonne, soit que TOri puisse toucher UKE . a ce là il faut une attitude juste (voir ci-dessus)
        Ne pas confondre vitesse, rythme et précipitation
        Faire des constructions claires. Le jury doit pouvoir voir les différentes phases de la construction, il ne doit pas avoir d’hésitation.

      • Les alternances :
      • nous retrouvons les alternances dans la phase de « conduite du déséquilibre » et dans la dernière phase, l’engagement. Elles sont un élément important dans la création du déséquilibre ou dans la projection. C’est de l’échange des opposés que naitra le déséquilibre ou la projection. Serte ils ne sont pas l’unique élément, le placement, le centrage, l’engagement sont également des éléments important et il y en a bien d’autre. Néanmoins ils permettent de sortir des sentiers et de pouvoir porter une réflexion sur les différentes possibilités de construction d’une technique. Ils nous permettent d’entrevoir des directions de travail. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples :
        Inspiration – expiration
        Flexion – extension
        Haut – bas
        Temps fort – temps vide
        Ouverture – fermeture

      • Attaque :
      • Elle doit être proportionnée en fonction du niveau de tori et de la capacité de Uké à suivre le déséquilibre créé par tori et à effectuer une chute qui puisse nous permettre de garder notre intégrité. Un gradé qui travaille avec un débutant ne doit pas attaquer fort. Il doit adapter son attaque afin que tori puisse travailler et progresser. De même qu’un débutant ne doit pas attaquer fort s’il ne maitrise pas les chutes. L’attaque doit être effectué en fonction de la distance Tori-Uke. Nous ne pouvons pas faire une attaque shomen identique si la distance est courte ou plus éloignée. Tori ne commande pas l’attaque. En fonction de sa maitrise, et donc de son niveau, il pourra retarder l’entrée. Exemple sur shomen il est possible de commencer son entrée des que Uke lève le bras, une personne ayant une bonne maitrise pourra commencer lorsque le bras est en haut voir lorsque le bras descend. Les capacités de Tori se retrouve également chez Uke.

  5. LES CONDITIONS POUR SE PRESENTER AU GRADE 1° et 2° DAN
  6. Examens 1° et 2° DAN
    ORGANISATION par les LIGUES FFAAA et FFAB D’APPARTENANCE.

    Saison 2006/2007 :

    Pour accéder au grade de 1er dan :
    Grade précédent : 1er kyu
    Age minimum révolu : 16 ans
    Temps minimum entre chaque grade pour être admis à se présenter : 1 an révolu.

    Pour accéder au grade de 2ème dan :
    Grade précédent 1er dan
    Age minimum révolu : 18 ans
    Temps minimum entre chaque grade pour être admis à se présenter : 2 ans révolus.

    En cas d’échec à un examen interdiction de se représenter à la session immédiatement suivante, sauf lorsqu’il n’y a qu’une session par an.
    Aucune dérogation ne sera accordée pour les délais entre grades.

    Dispositions concernant la participation aux stages :

    Trois stages au moins, organisés par les instances fédérales (nationales, régionales ou départementales) de l’une ou l’autre des fédérations constitutives de l’UFA, dans les douze mois précédant la date limite de l’inscription à l’examen sont obligatoires pour se présenter.
    Les stages organisés par les départements doivent figurer au calendrier officiel de la Ligue dont vous dépendez. Sur les trois stages exigés, un seul stage départemental pourra être retenu (les deux autres doivent être régionaux ou nationaux).
    LES STAGES PRIVÉS NE SONT PAS PRIS EN CONSIDÉRATION
    Frais d’inscription : 15 €
    OBLIGATOIRE : Certificat médical de la saison en cours de non contre-indication à la pratique de l’AIKIDO ou de l’AIKIBUDO

  7. SENS ET NIVEAU DES DAN. CRITERE D’EVALUATION
  8. Voir annexe II du règlement intérieur de la CSDGE ci-joint :
    pdf
    Cliquer pour ouvrir.

  9. TABLEAU DES TECHNIQUES
  10. Comme nous l’avons évoqué ci-dessus il existe différentes pratiques d’AIKIDO qui sont globalement valables. Une même technique peut être réalisée de différentes façons qui sont acceptables. Néanmoins la lisibilité de la structure de la technique n’est pas toujours évidente et peut poser des problèmes de jugement. Il est donc fortement conseillé de réaliser des techniques dites de base dont la lisibilité de construction ne sera pas ambiguë, que l’ensemble des juges puisse lire et évaluer selon les même critères. Vous trouverez ci après les tableaux des techniques qui n’ont rien d’absolu mais qui résultent d’une réflexion en fonction de la difficulté technique et du grade.

    Cliquer sur l’icône pour ouvrir :
    pdf



J. F. Maingaud

Document en PDF :

PDF - 110.2 ko

Site optimisé pour le moteur Gecko, Firefox, Camino et Safari.
Design : Corentin Méheust.

— Aïkiclub Hérouville tous droits réservés —

@